Réforme de l’Etat : la mise en place d’un nouveau plan stratégique envisagée

 Réforme de l’Etat : la mise en place d’un nouveau plan stratégique envisagée

Au terme de deux jours, les participants à l’atelier de lancement des travaux d’actualisation de l’avant-projet du plan stratégique de la réforme de l’Etat ont convenu de la mise en place, dans les jours à venir, d’un nouveau plan stratégique selon une approche inclusive et participative.

Le nouveau plan à mettre en place, a indiqué le ministre délégué à la Primature chargé de la réforme de l’Etat, Luc Joseph Okio, lors de la conférence de presse animée en marge de la rencontre, vise à adapter l’administration aux contingences de l’heure,  selon la vision du chef de l’Etat, et aux objectifs du programme d’action du gouvernement.  Il sera décliné sous forme de loi parce que l’article 125 de la Constitution stipule que ce qui relève de la réforme de l’Etat est du domaine de la loi. 

« Lorsque nous aurons décliné toutes les procédures, toutes les possibilités des sanctions dans cette loi, il reviendra à la justice de l’appliquer dans toute sa rigueur », a déclaré le ministre.

Outre cela, il s’agira aussi, dans ce nouveau plan, de faire que la règle qui sera mise en place soit respectée par chacun. Luc Joseph Okio a souligné que cette rencontre n’est pas la première. L’avant-projet qui sera élaboré à partir des données recueillies au niveau de toutes les composantes de la société sera soumis à un comité de rédaction. Celui-ci l’examinera ensuite et une fois son travail fini, les mêmes entités seront de nouveau rappelées afin de valider le travail avant de l’acheminer au Conseil des ministres pour adoption.

« Il s’agit pour le ministère dont j’ai la charge de faire que tout ce que le président de la République a prévu, dans son projet de société, soit traduit en action en matière de modernisation de notre administration, de simplification des procédures, de rapprochement de l’administration avec les administrés », a insisté le ministre.

Luc Joseph Okio a reconnu que les travaux ont révélé les faiblesses, les forces de l’administration congolaise mais également les opportunités et les menaces. « C’est dans ce cadre que nous avons identifié, avec les parties prenantes, les solutions à envisager pour chacune des faiblesses constatées», a indiqué le ministre.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.