Relocalisation des camps militaires: des députés éclairés sur les contours du dossier

 Relocalisation des camps militaires: des députés éclairés sur les contours du dossier

Au cours d’une séance de travail qu’ils ont sollicitée auprès du ministre d’État chargé de l’Aménagement du territoire, Me Guy Loando Mboyo, les députés nationaux de la ville de Kinshasa ont été éclairés sur le  projet Fatshi city, spécialement dans son volet relocalisation des camps militaires  Kokolo et Lufungula.

Conduite par l’honorable Daniel Mbau, la délégation des élus nationaux de Kinshasa a rencontré, le 9 avril, à son cabinet le ministre d’État, Me Guy Loando. Le but a été d’avoir une meilleure information sur le projet  Fatshi city , qui s’inscrit dans la vision du chef de l’État de doter le pays des infrastructures modernes.

Le ministre d’Etat Guy Loando Mboyo, a, à cette occasion,  fait un état des lieux de son secteur, question de présenter à ses hôtes les réalisations de son ministère qui joue et jouera toujours un rôle clé dans la relance du développement à la base. Il s’est, par la suite, livré à un exercice plutôt pédagogique en apportant des détails nécessaires sur le projet Fatshi city, profitant de cette occasion pour solliciter  l’accompagnement, mieux, le soutien des élus dans la matérialisation de ce projet. D’un ton assurant, Me Guy Loando a fait savoir à ses hôtes l’historique de ce projet; qui remonte à l’époque de la Conférence nationale souveraine au cours de laquelle la problématique de positionnement de certains camps militaires à Kinshasa avait été portée au débat.

En 2016, le ministre de l’Aménagement du territoire, urbanisme et habitat de l’époque avait signé un accord avec le groupe Kinko.be pour la relocalisation du camp Kokolo. Le gouvernement devait disponibiliser le terrain et, pour sa part, l’entreprise devait apporter un financement conséquent et construire les camps militaires selon les normes internationales.  Dans la foulée, d’autres accords ont été signés dans le cadre du même dossier, a rappelé le ministre d’Etat.

Et jouant sa partition lorsqu’il a hérité ce projet, il a mis en place une équipe de travail. « Avec mon équipe, nous avons scruté le dossier. Aucun appel d’offres n’était lancé, aucune étude n’était encore été réalisée… Et c’est au cours de la 41e réunion du Conseil des ministres que nous avons soumis le dossier pour approbation afin de nous permettre de le poursuivre selon la vision du chef de l’Etat », a-t-il expliqué. Et de poursuivre : « On ne peut pas aller dans un grand contrat sans préalable, sans état des lieux, sans appel d’offres… Dans la matérialisation de ce projet, le groupe Kinko.be est prêt à nous accompagner ». 

Me Guy Loando a souligné qu’il n’y aura pas de relocalisation des camps militaires avant la construction des casernes modernes. « Aucun militaire ne va bouger si rien n’est encore construit. Ce n’est qu’après la construction des casernes que les militaires vont être relocalisés », a-t-il tenu à préciser. Au terme de cette séance, le député national Daniel Mbau, au nom du groupe, s’est dit satisfait des informations reçues.  Les élus du peuple sont convenus avec le ministre d’Etat sur la régularité de ce genre de rencontres afin non seulement de mieux suivre l’évolution de cet ambitieux projet, mais aussi de l’accompagner.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.