Sassou Nguesso, le président qui a détruit l’éducation et sacrifié plusieurs générations des Congolais

 Sassou Nguesso, le président qui a détruit l’éducation et sacrifié plusieurs générations des Congolais

Le banquier Ivoirien Tdjane Thiam a déclaré n’avoir jamais vu un pays réussir économiquement en négligeant d’investir dans l’éducation. Mais au Congo chaque jour le pouvoir actuel parle de l’émergence après pourtant détruit tout le système éducatif. Si à l’époque les diplômes étaient considérés ailleurs, de nos jours ça crée des doutes et les Congolais s’inscrivent même dans les universités du Burundi à la recherche d’une éducation de qualité. Denis Sassou Nguesso a mis à terre tout un système éducatif qui a formé tant de cadres dont lui-même.

Quand Antoine Dinga Oba faisait croire aux congolais que c’est Oko qui a montré la Mer à Taty, il annonçait intentionnellement par ce gros et honteux mensonge que l’école au Congo allait être réduite qu’à la présence. Dans leur volonté du gain facile, le clan au pouvoir a libéralisé sauvagement l’éducation avec les conséquences qu’on observe actuellement.

L’école publique, socle de la formation des ressources humaines du pays a été dévalorisée au profit des privés qui ne sont que des niches de la grande mafia. Le complexe instauré dans la société sur la supériorité des écoles privées a fait des enseignants des affairistes et enlevés leur casquette de formateurs.

Aujourd’hui au Congo dans les écoles privées, le mérite a fait place aux moyens financiers et aucun parent n’admet que son enfant reprenne une classe alors qu’il paie chaque mois. Les promoteurs de ces écoles encouragent cette nouvelle forme d’abrutissement des écoliers en privilégiant les gains.

Dans les écoles publiques, les enseignants travaillant dans les conditions inhumaines ont compris que le pouvoir leur demande d’user de leur rang pour survivre. Ils inventent toute sorte d’activités extra pour soutirer de l’argent aux parents d’élèves. Rien qu’à voir à chaque rentrée scolaire la liste des fournitures établies par les écoles l’on se rend compte de l’école business.

Du lycée à l’université le chantage sexuel s’est installé en toute impunité sans que les autorités n’agissent. Les étudiantes et lycéennes sont livrées à elles-mêmes. Cet abrutissement collectif des Congolais est aussi visible dans la classe politique avec des pseudo intellectuels ayant perdu toute lucidité.

C’est dans ce contexte que Denis Sassou Nguesso, piqué par on ne sait quelle mouche a osé promettre l’émergence en 2025 aux Congolais. Un président de la république qui a pourtant disposé de plusieurs booms pétroliers dont les bénéfices ont été très mal exploités à cause des idiots qui l’entourent.

Des investissement irréfléchis ont été lancés et aujourd’hui on peut compter les éléphants blancs dans toute la république. Cette destruction intentionnée de l’éducation au Congo est pourtant la conséquence de son retard, mais les autorités ne s’en rendent pas compte.

Denis Sassou Nguesso a le mérite d’avoir trois générations des Congolais sans se remettre en cause en insistant dans ses erreurs. La naissance et prolifération de la délinquance juvénile est l’une des conséquences de la destruction de l’école avec le retrait de l’éducation civique des programmes scolaires. Ce monsieur né à Edou est l’incarnation du mal Congolais !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.