Technologies : le salon Osiane 2022 dévoile ses principaux axes

 Technologies : le salon Osiane 2022 dévoile ses principaux axes

Le comité d’organisation de la sixième édition du salon international des technologies de l’information et de l’innovation (Osiane), prévue à Brazzaville du 26 au 30 avril sur le thème « Engageons-nous pour les transformations durables », a brossé le 16 mars le tableau des principales activités, lors d’une conférence de presse.

Organisé tous les ans par l’ONG Pratic depuis 2017 avec l’appui constant de l’Agence de régulation des postes et communications électroniques (Arpce), comme partenaire de premier plan, Osiane impulse une dynamique nouvelle dans cette zone d’Afrique centrale en favorisant les interactions entre les différents acteurs aptes à mener la réflexion sur les défis, les opportunités et les bonnes pratiques engendrés par la révolution numérique et la transformation digitale.

La sixième édition, qui s’articule autour de six importants axes, s’est accrochée à un ensemble de partenaires stratégiques pour implémenter son programme riche en contenu. Comme lors des précédentes éditions pour lesquelles un bilan « positif » a été dressé par la coordonnatrice générale d’Osiane 2022, Splendide Lendongo, cette année l’architecture faite de conférences, ateliers, formations, expositions, s’enrichit de programmes innovants et factuels.

Sur la liste des activités majeures à retenir, Luc Missidimbazi, président de Pratic, a dévoilé en premier le « Village start-up Osiane » qui voudrait concilier les start-up et les grandes entreprises afin de bâtir des clusters durables. L’objectif est d’offrir aux entreprises, jeunes porteurs de projets et investisseurs un espace de réseautage, un lieu d’expression, d’échanges et de saisir l’opportunité de participer à un l’événement mondial Vivatech, à Paris, en France. Cette initiative qui offre une opportunité aux start-up congolaises est soutenue par Obac, un cabinet de conseils stratégiques et financiers spécialisé sur l’Afrique centrale et à vocation de banque d’affaires, dirigé par le congolais Philippe Bouiti Viaudo.

Osiane 2022 organisera une conférence postale de l’Afrique. Le forum qui se tiendra sous la houlette de l’Arpce se donne comme défi de participer à l’accélération de la transformation du secteur postal par la diversification des services numériques. « L’objectif du forum est de créer une plateforme des acteurs des services postaux, afin de faciliter la création collective des services innovants d’intérêt public et d’obtenir des institutions », a souligné Luc Missidimbazi.

Un autre axe majeur de cette édition est la tenue à Brazzaville d’une conférence des directeurs et responsables des systèmes informatiques de l’Afrique centrale. Sur le thème « Le DRSI au cœur de la transformation numérique des entreprises à l’ère de la civilisation techniquement soutenable », ce rendez-vous vise à renforcer le rôle des DRSI dans les entreprises privées et publiques, ainsi que les institutions, en donnant un espace d’échanges et en tirant le meilleur parti des innovations en informatique.

Dans le prolongement des partenariats publics privés (PPP) des télécommunications et numériques entamés depuis les précédentes éditions, Osiane 2022 a prévu une conférence sur comment adapter le meilleur PPP pour le numérique, avec comme objectif d’apporter une meilleure connaissance des aspects juridiques, réglementaires, techniques et financiers pour identifier les facteurs de succès pour établir des infrastructures durables.

Des acteurs de haut niveau et des partenariats stratégiques

Des représentants et acteurs de plusieurs pays, des institutions internationales d’envergure, un programme éclectique, Osiane 2022 que soutient une fois de plus  le gouvernement congolais annonce un zeste d’innovation à la hauteur des attentes.

C’est dans l’élan de promouvoir davantage les acteurs et leurs innovations, mais surtout de rechercher de meilleures convergences autour de ces technologies transversales, que se situe l’engagement du salon à soutenir les réflexions qui vont jaillir sur la manière dont la sous-région d’Afrique centrale doit repenser ses transformations durables.

Acteur clé de l’écosystème numérique du Congo, l’Arpce, co-organisatrice du salon, estime porter un regard lucide sur l’impact du digital sur l’économie du pays et celle de la sous-région. C’est ce qui justifie, sans doute, son implication dans les projets à forte valeur ajoutée sur les meilleures perspectives du dynamisme des écosystèmes numériques, à l’image d’Osiane qu’il soutient fortement depuis six ans.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.