Tension communautaire : les Teke et les Yaka décident de fumer le calumet de la paix

 Tension communautaire : les Teke et les Yaka décident de fumer le calumet de la paix

Le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a reçu, le 17 septembre en fin de soirée, dans son cabinet de travail à la cité de l’Union africaine, une délégation des chefs coutumiers des communautés Teke et Yaka conduite par la ministre près le président de la République, le Pr Nana Mianwanina Kiumba,  et  le roi Manikongo de la communauté Suku.

Restituant à la presse la teneur de la rencontre avec le père de la Nation, le roi Manikongo a indiqué qu’il était venu faire rapport au chef de l’État de la mission qu’il lui avait confiée le 2 septembre, laquelle consistait en une descente sur le terrain dans le territoire de Kwamouth (province de Mai-Ndombe) en vue de réconcilier les communautés Teke et Yaka qui se sont illustrées, ces derniers temps, par des violences inouïes ayant pour base des conflits de terre ayant même occasionné mort d’hommes .

D’après lui, l’initiative du président de la République, premier chef coutumier du pays, est de confier la gestion de ce conflit aux chefs coutumiers eux-mêmes car, à l’heure qu’il est, les deux communautés se sont entendues pour faire la paix. « Pour preuve, elles sont là côte à côte alors qu’il y a quelque temps elles se vouaient une mort atroce », a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, la ministre près le président de la République a approuvé le compte rendu fait par le roi. Pour elle, la réconciliation entre les deux communautés est effective. Les barrières ont été levées, a-t-elle indiqué, permettant ainsi à tous ceux qui avaient fui dans les forêts de regagner leurs villages.

Tout comme le roi Manikongo, la ministre à la présidence a confirmé que le chef de l’État a donné aux deux communautés des instructions claires à respecter tout en demandant à leurs chefs venus à Kinshasa, dans le cadre de cette croisade de la paix, d’y rester encore en standby. Pour le président Tshisekedi, a-t-elle indiqué, ce processus de paix entre ces deux communautés doit encore se poursuivre.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.