Un accord de coopération énergétique conclu entre Brazzaville et Kinshasa

 Un accord de coopération énergétique conclu entre Brazzaville et Kinshasa

Bien que disposant d’un grand potentiel énergétique, Brazzaville et Kinshasa, les deux capitales séparées juste par le fleuve Congo, connaissent de sérieux problèmes d’approvisionnement en électricité. Pour tenter d’y remédier, elles ont signé lundi en terre brazzavilloise un accord de coopération énergétique.

L’accord vise à concrétiser le projet dénommé « Boucle de l’amitié énergétique » entre le Congo-Brazzaville et la République démocratique du Congo.

« Une première phase consistera à renforcer les capacités de transport des lignes entre la Centrale électrique du Congo de Pointe-Noire et la Centrale hydroélectrique d’Inga en RDC via Brazzaville », précise l’accord.

Un de ses signataires, Bruno Jean-Richard Itoua, ministre des hydrocarbures du Congo-Brazzaville, définit son importance : « La boucle de l’amitié énergétique, au cœur d’une nouvelle architecture énergétique intégrée en Afrique centrale, alimentera plusieurs lignes à haute et très haute tension destinées à fournir de l’énergie notamment aux industrie minières en République démocratique du Congo ».

Au Congo-Brazzaville le projet devra permettre de mettre en valeur le gaz produit par la société pétrolière italienne Eni.

Malgré les investissements et l’augmentation de la puissance installée qui est passée de 89 à plus de 800 mégawatts ces vingt dernières années, les populations de Brazzaville et Pointe-Noire sont victimes de coupures et autres délestages. Même constat en RDC.  L’accord a été conclu pour une durée indéterminée et devra faire l’objet d’une évaluation tous les cinq ans. Mais aucune indication n’a été donnée sur le coût ou le financement du projet.

Dans une déclaration conjointe, les présidents Denis Sassou-Nguesso et Félix Tshisekedi ont invité les autres pays de la sous-région à se joindre à ce « projet intégrateur ».

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.