Zones économiques spéciales : Agro-map porte un projet sur le crédit carbone

 Zones économiques spéciales : Agro-map porte un projet sur le crédit carbone

L’entreprise Agro-map, une société de droit congolais, entend investir trente milliards FCFA dans une Zone économique spéciale (ZES) sur 50 000 hectares pour séquestrer le carbone.

En mission de prospection, les représentants de la société Agro-map ont eu une séance de travail avec le ministre des ZES o et de la diversification économique, Emile Ouosso, le 14 juillet à Brazzaville. Cette entreprise qui œuvre depuis 2018 dans l’agro-industrie, la foresterie et la finance carbone en Côte d’Ivoire entend investir au Congo avec pour missions, entre autres, la création d’emplois en milieu rural. « Nous avons échangé sur la question de développer un projet sur le crédit carbone qui est évalué à trente milliards FCFA. Ce projet va permettre de générer des emplois et créer aussi des services éco systémiques au développement socio-économique du pays dans ces zones. Et aujourd’hui, l’Etat congolais peut tirer profit et faire en sorte que l’agriculture se développe », a confié Patrice Adaye, président directeur général d’Agro-map.

Après échanges, Agro-map a manifesté son intérêt à développer, dans l’avenir, d’autres projets au regard du potentiel du Congo en termes d’opportunités d’investissements concernant les ZES.

« Je viens de découvrir les quatre zones économiques spéciales identifiées qui offrent de nombreuses opportunités et je pense que notre projet est la bienvenue. Avec les dispositions et les facilités que le Congo accorde, je pense que toutes les conditions sont réunies pour accompagner et installer ce projet au Congo Brazzaville », s’est-il réjoui.

Une fois l’espace concédé, Agro-map envisage de développer des projets de stockage de carbone, donc de crédit carbone, en associant les communautés locales. Ce projet favorise l’association des cultures, notamment de banane, du manioc et du maïs en vue de contribuer au développement économique des communautés. Un projet qui, selon ses concepteurs, « pourra être mis en œuvre avant la fin de cette année ».

10 000 tonnes de CO2 séquestrées équivalent à 10 000 crédits carbone

Notons que les scientifiques distinguent deux phénomènes permettant d’atteindre les objectifs climatiques, à savoir la réduction des émissions de gaz à effet de serre  et la séquestration de carbone par ce qu’on appelle des “puits de carbone” (forêts, sols, océans, etc.).

Pour encourager ces deux phénomènes, une des solutions est d’avoir recours à un mécanisme de financement de projets qui permette d’éviter des émissions ou de séquestrer du carbone : le mécanisme de crédit carbone.

Un crédit carbone est une unité équivalente à une tonne de gaz carbonique (CO2) évitée ou séquestrée. Par exemple, un projet de plantation d’arbres qui permettra de séquestrer 10 000 tonnes de CO2 pourrait donner lieu à l’attribution de 10 000 crédits carbone s’il respecte les quatre critères nécessaires (additionnalité, mesurabilité, vérifiabilité et permanence) pour l’attribution de crédits carbone.

Pour les experts du ministère des ZES, la zone d’Oyo-Ollombo serait la mieux indiquée parce que plus vaste pour abriter ce projet d’envergure qui permettra la plantation d’arbres sur 50 000 hectares.

En rappel, la ZES Oyo-Ollombo est la plus vaste des quatre que compte le pays, avec une superficie de 760 300 hectares. La ZES de Ouesso compte 379 639 hectares tandis que celle d’Ignié, dans le département du Pool, couvre 22 381 hectares et la ZES de Pointe-Noire une superficie de 2 700 hectares.

Même si les investisseurs sont prêts à disposer une enveloppe de trente milliards de FCFA pour concrétiser ce projet, plusieurs étapes restent à franchir. Encore à la phase embryonnaire, ce projet résultera des pourparlers avec différents ministères, notamment celui des ZES, de l’Economie forestière et de l’Environnement.

« Pour ce projet, notre financement est évalué autour de trente  milliards FCFA. Nous souhaitons avoir un espace de 50 000 hectares pour développer un projet de finance carbone. C’est le projet qu’on a pu identifier. Au regard de nombreuses opportunités que vous nous avez présentées, on pourra identifier d’autres projets dans lesquels on pourra investir », a souligné Patrice Adaye lors de la séance de travail.

Notons que l’entreprise Agro-map a été créée en 2018 en Côte d’ivoire et s’est installée en 2021 au Congo avec la création d’une société de droit congolais.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.